De nombreux risques induisent une volatilité du revenu agricole. Leur gestion est indispensable pour réaliser les investissements nécessaires aux gains de compétitivité. Les Etats interviennent pour aider les agriculteurs lors de sinistres liés à des causes naturelles ou à des crises de marché. La théorie économique n’apporte pas beaucoup d’éléments sur le niveau optimal d’aides ex post et ex ante. Mais elle met en garde contre le dilemme du samaritain, la bonne intention pouvant être contre-productive pour le bénéficiaire.

La France est prompte pour apporter des compensations ex post aux agriculteurs en difficulté mais avec une propension à minimiser les instruments ex ante et à nourrir les crises. Les mesures ex post participent à l’incomplétude des marchés du risque et ont un coût de plus en plus élevé avec les aléas croissants, sans vision d’avenir pour une réelle stabilisation du revenu agricole.

Après un point sur les résultats de recherche récents, deux témoignages apporteront des éclairages sur l’évolution des pratiques assurantielles face au risque et sur l’accompagnement des agriculteurs dans la gestion des risques.

INTERVENANTS

  • Alexandre GOHIN – INRAe
  • Bernard LEPOIVRE – Pacifica Crédit Agricole
  • Olivier BOHN – Chambre d’agriculture de Moselle

Animation : Philippe PREVOST – Agreenium

Date du webinaire : 01 mars 2022

Télécharger le programme des Agrowebinaires saison 5