Evaluer et améliorer les performances environnementales des productions agricoles

Les activités agricoles ont un impact sur l’environnement : émissions de gaz à effet de serre, stockage de carbone qualité de l’eau, biodiversité ... De nombreux travaux mettent en évidence une variabilité importante des impacts environnementaux au sein des systèmes et entre les systèmes et donc des marges de progrès potentielles. Les instituts techniques agricoles sont particulièrement engagés dans le domaine de l’évaluation et la maîtrise des impacts environnementaux des productions, et ce depuis de nombreuses années, cet enjeu étant désormais incontournable.

Experts au service des filières et des pouvoirs publics, les instituts techniques agricoles produisent des références objectives et des outils d'évaluation des performances environnementales des activités agricoles pour l’aide à la décision. Ils évaluent également l'intérêt technico-économique de solutions technologiques et organisationnelles d'amélioration du bilan environnemental.

Les principaux sujets d’études sont concernent les performances en terme de :

  • biodiversité
  • qualité de l’eau (nitrates, résidus phytosanitaires et vétérinaires, …)
  • qualité de l’air (gaz à effet de serre, odeur, poussières …)

Ces questions transversales sont traitées par l’ensemble des instituts et font l’objet de programmes communs.

L’ACTA anime depuis le début de l’année 2014 un Réseau mixte technologique « biodiversité et agriculture » qui vise à contribuer au développement et à la promotion de systèmes agricoles fondés sur la biodiversité et les régulations naturelles qu’elle favorise. Trois thématiques clés sont abordées : la régulation des bioagresseurs, la pollinisation et l’évaluation globale de la biodiveristé. De plus, au travers de l’UMT PRADE, l’ACTA conduit des travaux, en partenariat avec l’ITSAP – Institut de l’abeille et l’INRA pour comprendre et enrayer le déclin des abeilles. Sont visés l'impact des pesticides, des bioagresseurs (maladies, parasites) et des carences alimentaires avec une attention particulière à l'étude des stress multiples.

L’IFIP – Institut du porc assure l’animation du Réseau mixte technologique « Elevage et Environnement », dont l’objectif est de contribuer à la réduction des impacts environnementaux des élevages. Le programme de travail de ce réseau s’articule autour de 3 thèmes : l’évaluation environnementale pour la réduction des impacts environnementaux des élevages, la réduction des émissions polluantes des élevages et l’ingénierie écologique de la gestion territoriale des effluents.

Le réseau des instituts techniques agricoles a participé activement au projet Agribalyse, financé par l’ADEME en vue de l’affichage environnemental des produits de grande consommation. Dans ce cadre, près de 150 inventaires de cycle de vie ont été réalisée. De plus, Agribalyse a permis de structurer les connaissances sur l’évaluation environnementale des productions agricoles françaises, grâce à son rapport méthodologique détaillé facilitant l’élaboration d’autres inventaires comparables. Ce travail, fondé sur des bases méthodologiques reconnues, s’insère dans une dynamique forte de recherche internationale.

De même, les ITA apportent leur appui aux pouvoirs publics sur la problématique des nitrates en :

  • participant au groupe national d’accompagnement des GREN (Groupes régionaux d’expertise nitrates)
  • s’impliquant en région dans ces GREN
  • proposant des outils de raisonnement de la fertilisation des cultures

Dans le cadre de la mise en œuvre du Programme de Maîtrise des Pollutions d’Origine Agricole en élevage, l’Institut de l’Elevage a proposé l’outil de diagnostic DEXEL qui a été le seul agréé par l’Administration. Outil unique reconnu par les différentes parties (éleveurs, administration), il est devenu obligatoire pour toute exploitation concernée par le PMPOA. De plus, l’institut de l’élevage conduit des travaux sur l’empreinte carbone de la production laitière et sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

En matière de qualité de l’eau, Arvalis – Institut du végétal participe à la limitation des transferts de substances actives, que ce soit en réalisant des diagnostics territoriaux (Aquavallée et Aquaplaine) ou en réalisant des travaux de recherche sur les transferts de substances actives.

L’IFV conduit des travaux sur l’entretien durable des sols viticoles pour limiter les risques d’érosion, de perte de matière organique, de tassement ou de perte de biodiversité.

 

Contact: