Agroécologie, systèmes et durabilité

L’essor de l’agroécologie nécessite d’appréhender au long cours une diversité de processus, de solutions et de situations. L’émergence de systèmes agroécologiques durables viendra de la combinaison de leviers d’action variés et pluridisciplinaires (agronomie, écologie, numérique, sciences humaines et sociales,…).

Vos contacts

 

 

La transition agroécologique des systèmes agricoles suppose de reconcevoir le pilotage et le fonctionnement des agroécosystèmes à différents niveaux d’organisation : système de culture, ateliers, exploitation, filière, territoire. Développer les interactions entre ateliers de culture et d’élevage d’une exploitation ou entre exploitations pour un meilleur bouclage des cycles ou le développement d’une économie circulaire territorialisée, accroître les services de régulation des bioagresseurs par une approche paysagère globale, simuler des trajectoires d’évolution des systèmes agricoles, sont quelques pistes de travail explorées dans des différentes dynamiques partenariales en réseaux ou dans des projets de R&D.

Pour accélérer leur transfert auprès des acteurs de terrain (conseillers, agriculteurs,…), les connaissances produites sont assemblées en « ressources actionnables » sur les portails de capitalisation des connaissances EcophytoPIC, GECO ou le Centre de ressources Glyphosate-Herbicides. Ex : présentation des systèmes très économes en pesticides testées dans le réseau DEPHY EXPE, synthèses thématiques de la Cellule Recherche Innovation Transfert,…

En mobilisant une diversité de leviers d’action, l’ingénierie des systèmes agricoles devrait faciliter la projection des acteurs dans des « futurs désirables ». Pour accompagner ces transitions, les réseaux d’expérimentation (ex : réseaux d’essais, LivingLab, observatoires,…) et les outils d’évaluation multicritère doivent intégrer d’autres paramètres, dimensions ou leviers liées à l’agroécologie (ex : fertilité des sols, biodiversité, stockage de carbone,…) et à l’organisation des acteurs (ex : diversification d’atelier, prise en compte du métabolisme territorial, partage des ressources,…). Le réseau des ITA sera mis à contribution pour bâtir la boîte à outils de la transition agroécologique des systèmes agricoles et alimentaires.