Agroécologie et multi-performances

Les instituts techniques agricoles se mobilisent pour accompagner la transition agroécologique et promouvoir des systèmes de productions plus performants sur les plans économique, social et environnemental, adaptés aux contextes locaux.

À la croisée de l’agronomie et de l’écologie, l’agroécologie est associée à un ensemble de pratiques et de modèles agricoles. Elle contribue à faire évoluer le pilotage des systèmes agricoles pour conjuguer et augmenter les performances économique, environnementale et sociale à l’échelle des exploitations, des territoires et des filières. Pour assurer des systèmes productifs et durables, les pratiques agroécologiques sont fondées sur 2 leviers :

  • La valorisation et l’optimisation des fonctionnalités offertes par les écosystèmes et leur biodiversité ;
  • Le bouclage des cycles (azote, phosphore, eau) et l’autonomie vis-à-vis de l’énergie et des intrants.

Cela nécessite une analyse et un pilotage systémique de l’exploitation et une adaptation des pratiques au contexte local : conditions pédoclimatiques, orientation de la production, disponibilité en main d’œuvre et équipements, etc.

Les instituts techniques agricoles s’investissent dans ces approches “systèmes” qui combinent des expérimentations en stations, des suivis d’exploitations et le repérage de l’innovation issue du terrain. Ils nouent des partenariats pour favoriser l’innovation collective.

Par exemple, avec le projet Syppre®, ARVALIS - Institut du végétal, l’ITB et Terres Inovia ont pour objectif d’accompagner la mise au point de systèmes de grande culture innovants, optimisés par rapport à l’existant et répondant à un objectif de triple performance : productivité physique, rentabilité économique, excellence environnementale.

L’Acta-les instituts techniques agricoles assure une animation transversale au travers de :

  • L’animation de réseaux d’acteurs, autour d’enjeux majeurs pour la conception de systèmes (biodiversité, gestion durable des cycles biogéochimiques et de la fertilité des sols, polyculture-élevage …) ;
  • Le développement d’outils et de méthodes (indicateurs, analyses multicritères) pour l’évaluation de la durabilité des systèmes de production et des territoires agricoles ;
  • Le développement d’un outil de diagnostic agroécologique des exploitations.